Nuisances & Détresses, c'est sérieux.

Si nous continuons à avoir des poumons, que nous souhaitons que les animaux et les plantes respirent, si nous voulons rester quelques années encore sur notre planète actuelle, nous devons faire attention à une ressource aussi invisible qu’irremplaçable : l'air de tous les jours et de tous les endroits. 
Mais pendant longtemps, nous avons été négligents et aujourd’hui 18 personnes meurent, chaque seconde, de détresses et maladies respiratoires, vingt-quatre mille par jour, neuf à onze millions par an. 

 

Bonne nouvelle, il existe des solutions !

Il va falloir veiller sur l’air comme pour notre santé. Etablir une surveillance régulière et la plus ciblée possible. Biomesure PRODS a imaginé un ensemble de produits et de services cohérents pour favoriser la création de « Diagnostics Air » polyvalents. Nous développons la gamme des objets et applications capables de capturer les nuisances de santé, d’environnement et de sécurité. Nous travaillons avec les laboratoires d’analyses pour regrouper des résultats jusqu’ici disparates.

Projets immédiats

ScientiFiltre©

C’est un support qui capture et retient les nuisances contenues dans l’air. Proche d’un masque barrière, placé dans une RespiRobot, il est conçu pour être relevé et analysé. Chaque cassette comporte un identifiant RfId unique pour la traçabilité des tests et la gestion de consommables.

RespiRobot©

C’est un objet connecté robotisé, qui émule les cycles de respiration à travers un ScientiFiltre©. Il collecte les nuisances de façon automatique et communique sur ses actions. Il comporte aussi des capteurs de météo et de détections de gaz.

AppAirDiag©

C’est une application disponible pour PC, tablettes et smartphone pour gérer les cycles d’utilisations des ScientiFiltre©, communiquer avec les RespiRobot© enregistrer les cycles des MaskAptor©, recevoir et utiliser les résultats d’analyses, comprendre et agir.

Aufait, la biomesure, c'est quoi ?

La Biomesure est la science qui relie ce qui vit, nous, la faune, la flore, notre environnement, tout ce qui se mesure, et l’informatique au sens large. Elle est une tendance générale de notre évolution, le point moderne du « connais-toi » qui guide la science.
Futuriste il y a quelques années, le concept est devenu concret : la Biomesure est partout, dans la santé, l'environnement et la sécurité générale.

Les bouchons obstruent aussi les bronches.

Bison Futé a beau nous prévenir, nous supplier parfois d’attendre et de nous organiser, quand les heures des grandes transhumances se profilent, nous nous faisons un malin (au sens mauvais) plaisir (tu parles !) de nous assembler en cohortes serrées sur les jolies autoroutes des vacances.
Le sens joyeux, des départs étant aussi celui des retours, dans l’autre sens moins joyeux, tout concourt à ce que la saturation s’impose. 

Au-delà de la patience et de la quiétude, les bouchons sont-ils destructifs pour autre chose ? 
Autrement formulé, pour faire le rapport direct avec la mesure de la qualité de l’air : combien de nouvelles maladies respiratoires se déclenchent-elles quand nous honorons la vieille tradition des encombrements estivaux ?

Après le masque ? Le masque d’après !

Avec le fort recul des contaminations, le triomphe de la vaccination et la quasi-éradication de la pandémie de la Covid-19, l'abandon des masques barrières était un fait acquis, libératoire et symbolique du retour à la vie normale.
Malheureusement, les faits sont souvent contradictoires, parfois paresseux, en tout cas, décevants.
Donc, non, nous allons continuer à avoir besoin de protéger notre respiration, non seulement contre les menaces connues mais aussi contre celles que nous ne pouvons soupçonner. Et l'on sait maintenant que la prudence nous incite à abandonner les termes tels que "toujours, jamais, définitif, impossible, etc." dès qu'il s'agit de parler de ce qui provoque les détresses respiratoires.

Janvier 20, qu’annoncent les années gémellaires ?

2020 est constituée de deux séquences jumelles, un phénomène qui n’arrive que tous les 101 ans, ce qui est mathématiquement compréhensible : chaque nouvel an ajoute une unité au compteur utilisé et accepté, lequel n’a aucun rapport concret avec une quelconque réalité pratique.
Il est peu probable que le big bang ait eu lieu précisément un 1er janvier, à minuit qui plus est, ni même, plus modestement et proche de nous, que notre étoile se soit mise à scintiller de tout son plasma pile quelques milliards d’années plus tard.

Les Gaiaticides.

Le 31/03/2019

Il s’agirait presque exclusivement de mâles humains, plus quelques artistes de haut vol, pas forcément vieux, il y a aussi des sportifs en activité, mais assez riches, dont l’opulence se traduit par la surexploitation de ressources, la construction désordonnée ou la spéculation incontrôlée.
Jusqu’à présent, ils proposaient leur positivité et leur réussite matérielle comme point commun les érigeant souvent au statuts de modèles.
Aujourd’hui, par l'effet de la grande prise de conscience, ils illustrent un état d’inquiétude pesant : il nous faut donner un nom à ceux qui veulent assassiner notre Planète… Qui par ailleurs est aussi la leur, jusqu’à preuve du contraire.