Editos

  • Juin 2020 : Delirium très masque

    Bonne nouvelle, nous avons enfin un quatrième objet de protection, symbole immédiat pour exposer haut et fort nos affres, incertitudes et peurs. Encore mieux, nos opinions.
    Mauvaise nouvelle, c'est encore un​​ truc en plastique qui va finir par s'accumuler là où l'on n'en veut pas, qui sera difficile à collecter et encore plus à recycler, doté d'une telle durée de vie avant retour à la nature que notre espèce risque fort d'être éteinte avant que le ramassage n'ait lieu.​​

    Lire la suite

  • Mai 2020 : Covi-talité !

    L’immobilité, quelle redoutable expérience ! Elle nous en apprend tellement sur nous, notre comportement collectif, notre impact sur notre environnement, nos semblables, notre habitat proche et lointain, nos habitudes et leurs conséquences, des plus globales aux plus infimes. L’état de clôture universelle a érigé la lenteur et l’absence en normalités, nous renvoyant pour ce qui concerne notre mobilité et nos échanges au moins un demi-siècle en arrière ! Avec la formidable chance d’avoir les bons outils de mesure.

    Lire la suite

  • Avril 20 : avançons ouvertement masqués !

    Foin de polémiques, concentrons-nous sur la réalité : les masques de protection, qu’ils soient les si utiles chirurgicaux ou les rassurants FFP2 sont des reliques du passé. Leur conception date des âges anciens, ils sont les descendants directs des nez d’oiseaux du moyen âge. Hormis l’adaptation de matériaux nouveaux, ce qui les a rendus plus efficaces d’un point de vue médical, essentiel, ils n’ont connu aucune véritable évolution depuis des siècles. Cela ne pouvait nous laisser indifférents. Nous proposons donc un nouveau projet cadre : MdB ou Masque de Biomesure, une évolution du bout de tissu à l'objet personnel de protection et de mesures.

    Lire la suite

  • Février 20 :  Cop, Etats en « mort cérébrale » ?

    Le terme de « mort cérébrale » est devenu un sommet de la mode universelle de l’invective dénigrante depuis quelques mois. C'est assez triste, cet assemblage de mots décrit l'état d'une personne en souffrance, dont on devrait s'alarmer, quoiqu'il conserve une faible dose de mystère, car la science se veut précautionneuse, autant pour le définir que pour le dire définitif. Cette fois, l'expression est-elle plaquée sur l'amorphisme d'une personnalité politique, d'une organisation internationale ? Est-ce une figure artistique qui se verrait si délicatement qualifiée pour son absence de réaction, ou d’intelligence, par les médias férues d’expressions toutes faites ?

    Lire la suite

  • Janvier 20, qu’annoncent les années gémellaires ?

    2020 est constituée de deux séquences jumelles, un phénomène qui n’arrive que tous les 101 ans, ce qui est mathématiquement compréhensible : chaque nouvel an ajoute une unité au compteur utilisé et accepté, lequel n’a aucun rapport concret avec une quelconque réalité pratique. Il est peu probable que le big bang ait eu lieu précisément un 1er janvier, à minuit qui plus est, ni même, plus modestement et proche de nous, que notre étoile se soit mise à scintiller de tout son plasma pile quelques milliards d’années plus tard.

    Lire la suite

  • Décembre 19 : les 2C2I et la technostructure.

    Ce qu’il s’est passé à Rouen, dans les heures et les jours qui ont suivi l’incendie de l’usine chimique de Lubrizol, le 26 septembre 2019, est de notre point de vue, une indication de plus du besoin criant de passer à l’Internet des Capteurs et d’une façon plus précise à ceux de Biomesures, car, une fois encore, il s’agit de pister et de comprendre la dispersion de polluants potentiellement toxiques pour tout ce qui est vivant. Dans l’éditorial d’Octobre, le parallèle était fait entre les catastrophes chimiques précédentes les plus marquantes.

    Lire la suite

  • Novembre 19 : KO Bommer ?

    Qui pourrait prétendre encore ne rien savoir alors que ses propres grands-parents étaient informés ? On ne peut pas opposer éternellement l’écologie et la technologie sous le prétexte que la seconde a été utilisée en dépit des préceptes de la première : ce n’est pas la langue qui est mauvaise ou bonne, mais plutôt la personne qui la fait bouger.

    Le dérèglement climatique est observable, depuis de longues années puisque nos ancêtres en étaient conscients dès le 19e siècle dans les villes, puis dans l’ensemble des pays industriellement développés entre les deux guerres et enfin d’une façon générale, documentée et argumentée dès l’orée des années 1960.

    Lire la suite

  • Octobre 19 : Bophal, Seveso, Toulouse, Rouen…

    L’annonce du nombre de victimes d’un accident industriel marque le début d’une longue et triste énumération de l’effrayante liste chiffrée des conséquences, qui ne s’arrêtera même pas avec le décompte des enfants en détresse, mal formés et handicapés qui subiront les effets pendant les générations à venir.

    Les époques et les lieux varient, rarement les scénarios, très similaires. Une industrie essentielle mais potentiellement dangereuse et reconnue comme telle, installée par précaution dans une zone à l’époque isolée, devient au fil du temps une simple pièce du puzzle urbain.

    Lire la suite

  • Septembre 19 : Trace tout carbone contre CO2

    Greta Thunberg et accompagnants voyagent vers l’Amérique en IMOCA, qu’elle chance elle a ! Un voilier de course n’est pas confortable, il est bruyant, brutal, peu habitable en dépit de ses 18 mètres, il ne sait pas naviguer à plat et en plus, la cuisine et les toilettes sont très sommaires ! Il faut donc considérer que sur deux semaines, dans le sens Est/Ouest, on va souffrir, être ballotté et se trouver privé des facilités habituelles, il faut en avoir envie et justifier celles-ci par quelques bonnes raisons.

    Lire la suite

  • Août 19 : Mort aux thermomètres !

    Nous savons intuitivement que l’histoire se répète, souvent. Elle hésite en remugles et régurgitations de ses pires moments, comme si les plus doux et les meilleurs instants étaient absorbés d’un trait pour être vite oubliés. Nous redonnons à l’histoire une seconde chance dont l’issue démontre invariablement notre grande difficulté à tirer le moindre enseignement des échecs précédents.

     

    Lire la suite

  • Juillet 19 : relents de 73

    Ce n’est pas une mesure de température record, nous n’en sommes pas encore là, mais le millésime 1973, considéré historiquement comme celui du premier choc énergétique pétrolier : la grande année de la crise avec flambée des prix, restrictions de production, guerre ouverte, reprise en main de leurs ressources par les pays en disposant légitimement, le tout aboutissant à quelques embargos politiquement ciblés et une brusque sensation de manque.

    Lire la suite

  • Juin 19 : Optimisme !

    Avec un point d’exclamation, ce trait droit pointé signifiant l’affirmation teintée de joie, alors que l’ambigüe point d’interrogation tout en circonvolution dubitative, propose l’ouverture du questionnement, porte ouverte au scepticisme. Que s’est-il donc passé pour que l’optimisme pointe (avec un trait supérieur) son délicat museau à l’époque même pendant laquelle les arbres fleurissent et les lapinous, ainsi que les louveteaux, sortent prudemment de leur terriers pour humer l’herbe fraiche ?

    Lire la suite