Juin : Optimisme !

Avec un point d’exclamation, ce trait droit pointé signifiant l’affirmation teintée de joie, alors que l’ambigüe point d’interrogation tout en circonvolution dubitative, propose l’ouverture du questionnement, porte ouverte au scepticisme.

Que s’est-il donc passé pour que l’optimisme pointe (avec un trait supérieur) son délicat museau à l’époque même pendant laquelle les arbres fleurissent et les lapinous, ainsi que les louveteaux, sortent prudemment de leur terriers pour humer l’herbe fraiche ?

Nous ne faisons pas dans la politique car c’est un domaine qui échappe le plus souvent à toute forme de mesure scientifique, il serait d’ailleurs dommageable qu’il exista un jour des capteurs de Biomesure aptes à détecter les opinions et les aspirations idéologiques.

Les sciences humaines le font à l’aide de sondages, de questionnaires, d’observations variées ce qui ne remplace pas, pour le moment, l’outil ultime : le vote. Et à ce propos, il existe au moins un résultat tangible, issu des Elections Européennes, qui nous conduit à nous montrer optimistes (!) sur le front compliqué de la Biomesure environnementale.

Un petit signe électoral, juste un frémissement tout aussi vert que l’herbe, montre qu’une prise de conscience environnementale pointe ses délicates vibrisses sur le seul continent démocratique constitué d’Etats indépendants, l’Union Européenne, à ne pas être dirigé par un système allant de l’autoritaire podagre contesté à l’autoritarisme installé et incontestable.

Une part nettement croissante de la population Européenne, avec des accents très divers, vient d’exclamer un non marqué aux indifférents et autres égoïstes de l’environnement, préférant lancer une alarme optimiste (?) vers celles et ceux qui pensent que le chacun pour soi n’a jamais été une politique avisée.

La poussée verte est, sans doute, polychrome et désorganisée. Mais, elle est opportune, d’autant plus que d’autres points de vue politiques semblent, dans leurs discours avoir compris qu’il vaut mieux aujourd’hui transformer les slogans qui lavent vert en prise de conscience et en engagements réels.

L’affrontement pour la Planète est original en ceci que son objectif est de faire en sorte que tout le monde survive, les méchants comme les bons, les agresseurs comme les défenseurs, les perplexes comme les séduits.

Et pour cela, il faut convaincre, transformer les ignorances et les peurs en connaissances et en actions. La meilleure façon de le faire est nous semble-t-il en optimistes (!) lucides, de fournir au gaiaticides les moyens intellectuels et matériels de nous rejoindre. Cela peut aller d’un modeste thermomètre à une kyrielle de satellites, ce sera affaire de budget, ce qui comptera sera que chaque climato réfractaire se voit reconnaitre le droit à prendre des mesures et à en tirer les conséquences.

Regarder, observer, comparer, évaluer, il faut faire revenir la science dans les débats, faire foin de certitudes et de croyances, donner sa chance à la réalité pour bâtir en un premier stade de dialogue intelligent, le socle commun de toute discussion constructive et donc optimiste (!)

 

édition biomesures internet des capteurs objets connectés