Biomesure PRODS

Vous aviez remarqué ? Dans les Uchronies catastrophistes, le gros problème qui détruit l'humanité, la principale préoccupation des colonisateurs de nouvelles Terres, la première action à mener pour Terraformer un environnement habitable ont un point commun : respirer. (L’eau c’est utile aussi)
De Mars à Pandora, la réponse scénaristique est la même : on s'occupe de l'air, d'en trouver, d'en conserver la qualité, d'en produire.

Ici, nous ne le faisons pas, sans doute parce que notre acceptation de la dégradation l’emporte sur la volonté de savoir. C’est choquant, mais banal

Jusqu’ici, nous mesurerions l’air de façon globale (indices), spécifique (Co2) ou médicale (PCR). Il est vital de compléter ces dispositifs par des tests in situ, non invasifs. Et pour que l’on puisse faire des analyses, il est important de fournir des prélèvements identiques à ce que reçoivent nos poumons.

Produits en projets 5

Il ne peut y avoir de qualité sans mesure, car elle est en elle-même l'appréciation d'une comparaison. Notre vocation est de collecter et mesurer, par analyses de laboratoires, les nuisances contenue dans l’air, à des moments et des lieux identifiés. Et pour cela, nous développons une gamme de produits proposant une solution cohérente.

Nuisances 1

Les nuisances dans l’air ne sont que rarement détectables à l’œil nu ou à l’odorat. Nous devons donc nous confier à l’observation des symptômes, aux tests aux analyses de prélèvements ou encore aux cultures de prélèvement pour savoir si nous sommes, ou non, contaminés.

Enjeux 2

La pollution de l’air c’est : 900 millions d’humains indisposés, l'Émergence de nouvelles maladies, l'Explosion des détresses respiratoires, la Multiplication des gênes chroniques, les Pertes de potentiel, la Réduction de durée de vie...
Et cela ne concerne pas que les humains, les plantes, les animaux, le climat, la Planète, dépencent étroitement de ce qu'il y a dans l'air.