Combinaison robotique et capture mentale chez Honda.

Combinaison robotique et capture mentale chez Honda.

Très célèbre en robotique via son modèle justement dénommé Asimo, Honda franchie une étape supplémentaire en l'associant avec un système de capture de pensées utilisant un casque simplement posé sur le crâne.

Sources : Honda Research Institute Japan Co., Ltd. (HRI-JP)

En mesurant les activités cérébrales, plusieurs constructeurs ont démontré que l'on pouvait exercer des contrôles simples, pour un jeu vidéo par exemple, ou encore pour le contrôle d'un objet mécanisé, tel qu'un fauteuil roulant. Nous avions relaté il y a peu l'aventure, hélas tragique de l'un des pionniers remarquables de ce type d'interfaçage.

Il ne s'agit donc pas d'une préoccupation récente, ni d'un canular nonobstant la date choisie pour la démonstration, quoi qu'une vérification s'impose.

Le casque utilisé est assez innovant, car il utilise aussi bien les variations de tension électrique que celles de pression du circuit sanguin, à la surface de la tête, et non à celle du cerveau.

Dans l'immédiat, le système développé en collaboration entre Honda, ATR et Shimadzu, permet d'inter agir avec Asimo de quatre façons différentes, en lui faisant lever un membre supérieur, le faire courir.

La technologie utilisée est assez complète : elle est la première à utilise conjointement les Electroencéphalogrammes, la spectroscopie infra rouge (pour les flux sanguins) le tout donnant une BMI (Brain Machine Interface) que l'on pourra toujours « franco-acronymiser » en ICM.

Asimo - operateur perplexe

Une interface non invasive, utilisable pour de nombreuses applications.

Plus sérieusement, les efforts de Honda sont liés à sa volonté de développement de ses industries extra automobiles, la conduite de machines outils, d'engins de chantiers, de robots offrant des perspectives intéressantes à moyen terme.

Pendant une activité de commande cérébrale, un petit signal électrique est capté en même temps qu'un déplacement sanguin. Pour s'y retrouver dans l'ensemble des combinaisons possibles, il est plus sage de procéder à une phase d'enregistrement préalable. C'est le chemin choisi par Honda et ses partenaires pour faire monter le taux de reconnaissance à un niveau, acceptable dans l'immédiat de l'ordre de 90 % de réussite.

HRI fait remarquer que son procédé n'est pas invasif.  Un « simple » casque, assez lourd, si l'on en juge par les photos communiquées, est placé, avec précaution, sur la tête du sujet.

Après la phase d'apprentissage, l'opérateur n'a plus qu'à imaginer ce que doit faire Asimo pour que celui ci s'exécute. Bien sûr, il aurait été tout aussi possible de lui faire piloter une voiture radio commandée, mais la présence d'Asimo donne toujours un cachet haute technologie et sympathique à toute démonstration.

Remerciements pour leur information et leur humour : Honda Research Institute.

Note de la rédaction : bien qu'annoncée un 1er avril, ceci n'est pas canular : cette application relance la "bataille pour le contrôle mental" dont nous nous faisons l'écho par ailleurs. Plusieurs types de technologies sont en cours de validation et nous maintenons notre certitude : en 2020 elle sera une réalité.

Asimo - les deux  en font un