IBUKI : un très gros capteur

IBUKI "GOSAT" en position.

La JAXA a confirmé que le satellite d'observation des gaz à effet de serre "IBUKI" aussi connu sous l'acronyme GOSAT (Greenhouse Gases Observation Satellite) qui fut lancé le 23 janvier 2009 par une fusée H-II A est désormais sur l'orbite prévue, la phase critique du lancement et de la satellisation s'étant déroulée avec succès.

Les données d'orbites souhaitée sont atteinte : Apogée à 684.8 Km et périgée à 667.4 Km. L'inclinaison orbitale est de 98° et la période de 98.20 minutes. Le satellite répond correctement et la période de vérification des équipements va pouvoir commencer, elle est planifier sur trois mois d'activité avant qu'IBUKI ne soit déclaré bon pour le service.

Et le service proposé par IBUKI nous concerne au plus haut point ! Il s'agit là d'un outil de mesure permanente des gaz à effet de serre dont, s'il est nécessaire de le rappeler, la croissance explosive depuis quelques décennies influe on ne peut plus négativement sur le climat de la planète.

Or, si nous voulons avoir un impact quelconque sur la réduction de nos émanations, il est indispensable de disposer en temps réel des données les plus précises. C'est principalement le rôle d'IBUKI, premier satellite mondial lancé exclusivement dans le but de suivre le plus grand nombre points de contrôle et de diffuser ces informations aux collectivités scientifiques et politiques.

Surveiller le réchauffement global pour préserver le futur.

Dans la pratique, IBUKI a pour mission de prendre près de 56.000 points de mesure à l'aide de senseurs particulièrement performants, dans le double espoir de cartographier des zones qui jusque là, faute de moyens ou de volonté n'ont pu être mesurés et enregistrés d'une part, et d'autre part de suivre les flux d'émissions de polluants depuis leur moment d'émission jusqu'à leur absorption par les moyens naturels ou artificiels.

Devenir un « juge de paix » ?

Ce dernier point est crucial à une époque où les premiers efforts de recherche sur la neutralisation des gaz à effet de serre donnent lieu à des expériences d'envergure sur le terrain. IBUKI sera donc dans le futur un outil de mesure des réussites, c'est  à souhaiter, mais aussi, de normalisation.

L'un des vœux de ses concepteurs et de faire des données recueillies un plate forme commune d'échange et de mise au point d'une normalisation des mesures.

Pour cela les données acquises par IBUKI, après la phase actuelle de calibration, seront compilées par période de trois jours et mises gracieusement à la disposition de la communauté scientifique.

Grace à sa période de l'ordre de 100 minutes, IBUKI est un véritable instrument de suivi très complémentaire des moyens au sol ou des observations aériennes. Il représente à lui seul un accroissement de capacité impressionnant puisque pas moins de 56.000 de mesure seront bientôt à la disposition des observateurs, un chiffre qui double pratiquement les moyens disponibles sur la planète, mais avec une répartition nettement plus favorable, en particulier sur les océans.

IBUKI est une création commune de la JAXA, l'agence Japonaise de l'Espace, de l'Institut Japonais d'études environnemental et du Ministère de l'Environnement.

IBUKI - 56 000 points de mesure