Le projet

Révoltes & Révolution

Sommes-nous destinés à mourir de faim et d'angoisses sur une planète surpeuplée tout en vivant un enfer de dérèglements malsains ?

Notre époque est formidable, par les défis qu’elle nous pose :

Selfie with hearth couleur

Gestion des pollutions,

Dérèglement climatique,

Appauvrissement des ressources,

Faims et soifs généralisées,

Doutes sur les qualités de l’air et de l’eau, de la terre,

Perte de confiance dans les produits proposés,

Identification chafouine des êtres et des objets,

Risques sécuritaires personnels et collectifs,

Angoisses sur nos performances intellectuelles et sportives,

Terreurs des déchaînements naturels de la Planète …

 

Autant de grands sujets que nous allons devoir traiter, en évitant de percuter deux obstacles pénibles : l'accaparation des ressources disponibles et l’empoisonnement collectif ! 
Du plus petit élément biologique au plus grand, de l’amibe désorientée au climat Planétaire troublé, l’empoisonnement collectif autant physiologique que psychologique, nous guette, certains indices, politiques, économiques, sociétaux, nous montrent d'ailleurs qu'il est déjà à l'œuvre. 
Les "idéaux matérialistes" du modèle de développement par la consommations sont loin d'avoir tenu leurs promesses : les biens et le confort, l'agrément de vie et le modèle du bonheur par l'accumulation sont progressivement devenus inabordables pour le plus grand nombre. Ce brutal constat provoque un profond abattement, nous détournant de notre amour naturel pour nos semblables.
Il est alors facile de se dire que les autres sont trop nombreux, qu'ils nous pillent et nous embarrassent, en nous référant à ce que nous nommons, par un raccourci injuste, le Malthusianisme. 
C’est dangereux ! On est toujours le pillard et l'embarras de quelqu'un d'autre. Ce genre de réflexion incite les plus brutaux à penser que la solution réside dans la réduction drastique des besoins, par le contrôle étroit des consommations individuelles et collectives. Il ne reste plus alors qu’à cibler certains, comme la cause de tous les maux.
Ou alors, nous pouvons considérer chaque individu compte et chacune et chacun est capable de faire, dans un domaine ou plusieurs, un peu pour commencer, toucher à ce qui l'environne de près, étendre progressivement, participer à un effort et un échange collectif. Nous pouvons être révoltés par l’injuste état des répartitions des richesses au niveau Planétaire et sociétal, des pragmatiques réveillés par les nécessités, des enthousiastes attirés par les prouesses technologiques, pour tous les volontaires du progrès le moment est venu de déclencher et vivre une nouvelle révolution.

Cela ne sera pas facile, car il va falloir être plus mesurés, la prochaine révolution, celle de l’ère des capteurs, et plus précisément de sa partie vivante, la Biomesure, va devoir s’autocontrôler, si elle veut réussir.

Et voici quelques pistes pour y arriver.