Stress IT OiD

Attention : ce que nous décrivons ici est un projet cadre, l’idée est de définir ce qu’il sera possible de faire. Dans un futur proche, nous allons faire le tour des produits, applications et systèmes capables de répondre à la définition : un compagnon attentif, mais non intrusif de notre stress.


Malaise au travail ? Mal à la vie ? Pas heureux avec votre activité ? Normal ou en aggravation, habituel ou dangereux, spleen stationnaire ou en forte évolution. Sress IT OiD sera votre compagnon de confiance, il vous écoute, vous regarde et s'inquiète pour vous.

L'idée d'un compagnon d'analyse et d'alerte du stress repose sur la constatation que ce problème de mal être, en particulier au travail, est souvent perçu comme l'évolution indéfinissable d'un état mental quasi dépressif. Or, nous pensons qu'à notre époque, il est anormal de laisser une personne en souffrance, sans au moins tenter de lui fournir les outils qui lui permettront d'identifier, de mesurer et de suivre l'évolution de cette souffrance.

Chacune et chacun possède un caractère différent, un passé et un vécu qui nous rendent plus ou moins sensibles à une ambiance, une pression, un quotidien ... Comme vous le remarquerez, tous ces termes sont très utilisés de nos jours pour décrire un état de risque personnel, aboutissant parfois malheureusement à des décisions impropres, souvent violentes, parfois tragiques.

Groupe en mouvement

Qualifier le problème.

Les mots sensibles, ambiance, pression, quotidien, et bien d'autres sont utilisés comme qualificatifs. Or, ils ne représentent en aucune façon des valeurs étalon.

  • Comment se caractérise une ambiance ? Elle va de l'extatique au délétère, mais pour, qui et par tranche de combien d'unités ?
  • Comment se caractérise une pression ? En PSI, en Bars, en kilos par centimètre carré, mais ce n'est pas directement applicable s'il s'agit de pression mentale.
  • Quelle est la qualité d'un quotidien ? Vaste sujet qui ne se mesure ni en mètres, ni en fréquence, ni même en tonnes.

Tout le monde subit le stress, positif ou négatif et l'inflige aux autres. Par contre nous ne savons pratiquement pas l'expliciter ni encore moins le mesure de façon pratique et pérenne.

Par contre, nous savons mesurer certaines choses qui démontrent un état de stress : la pression sanguine, la température interne, les pulsations cardiaques, les taux de la plupart des composantes de l'haleine et du sang.
Nous savons aussi l'apprécier, via une écoute psychologique en particulier.

Ces moyens indispensables ne sont pas pour autant satisfaisants, dans le contexte précis du stress en travail, qui sera l'objet principal de notre projet. En effet, qu'il s'agisse d'un médecin ou d'un psychologue, leurs interventions sont curatives mais très rarement préventives.

Or, nous pensons qu'il faut prévenir, le patient, afin de pouvoir le guérir, ou, dans ce cas précis, l'alerter qu'il est en train de dépasser des seuils qui le conduiront, peut être, à mal vivre sa situation, à parfois exagérer ses difficultés ou encore à commettre des actes dont certains sont irréparables.

Notre solution se doit donc d'être un accompagnement dans le temps, un outil du "connait-toi toi-même" progressif, disponible et vigilant.

D'un autre côté, le stress est une affaire très personnelle, même si elle devient parfois un problème collectif. Il ne s'agit pas de marquer les stressés d'une couleur variant du rose au violacé en fonction de leur état d'esprit instantané. Notre solution se devra donc d'être parfaitement personnelle, restant une indicateur dont tiendront compte, nous l'espérons ceux et celles qui en bénéficieront

Calculs et analyse 1

Un compagnon, pas un gardien.

Dans beaucoup de métiers à responsabilité, dans les transports collectifs en particulier, il est tout à fait acceptable que le conducteur ou le pilote soit surveillé électroniquement ou informatiquement afin de détecter soit un état de manque de vigilance, d'endormissement ou de perte d'attention, soit au contraire, un état de sur excitation, une regard fixe ou un excès de nervosité. L'absence de réaction à des stimulus, l'oubli de confirmation d'un ordre ou d'une indication, le non respect d'une procédure verbale ou gestuelle, sont autant d'indicateurs qui peuvent dans certains cas, déclencher des pré alertes, alertes et finalement des alarmes pouvant aller jusqu'à l'arrêt du véhicule, lorsqu'il est terrestre, ou à l'information d'urgence des services de guidage et de secours.

La procédure dite de "l'homme mort" est ainsi systématiquement appliquée sur les trains, les métros, et plus généralement les véhicules guidés. Des équivalents existent dans l'industrie, lorsqu'il s'agit d'utiliser des machines complexes et dangereuses, sur des chantiers.

Il s'agit là de cas où les risques physiques sont considérables : un désastre matériel est possible, capable d'entrainer un désastre humain. On remarquera par ailleurs que de plus en plus, nous en avons d'ailleurs conçu quelques uns, les systèmes chargés de travailler dans les domaines à risques, en vidéo surveillance, alarmes incendie, gestion des équipements et gestion des accès, la plupart des logiciels de gestion et d'expression visuelle et sonore des évènements comportent des fonctionnalités de contrôle de la vigilance et d'analyse des réactions des opérateurs.

La question qui se pose alors est la suivante : peut-on et doit-on appliquer des méthodes de suivi de la vigilance pour les individus exerçant des professions à hauts risques non physiques ?
Deux écoles de pensée vont bien évidemment se rencontrer : celle des tenants du laissez faire qui vont promouvoir la liberté de chacun de gérer son propre état, et ceux qui voudront au contraire équiper tous les postes de travail de détecteurs de présence, d'humeur et de réactivité.

Technologiquement, notre projet "Sress It OiD" est un héritier des systèmes d'observation de la vigilance, mais, nous pensons fermement, autant pour des raisons éthiques que pratiques,  qu'il doit être perçu comme un compagnon plutôt que comme un surveillant.Toutefois, on peut se demander se qui se passerait si l'on équipait les salles de marchés des banques : verra t’on moins de crashs financiers, moins de crises de nerfs, les bourses mondiales reviendraient elle à un mode de gestion plus apaisé ? Cette perspective souriante n'est pas pour demain, mais peut être, un jour ...

Image16

Comment faire ? Le recours aux biométries.

Sress IT OiD est une combinaison entre un outil d'observation  et un logiciel.

L'outil d'observation doit être utilisable pour quantifier un état de départ et fournir des informations sur l'évolution séquentielle du dit état. On pourra ainsi utiliser une caméra, un micro, avec des phrases pré établies, un clavier, ou tout autre objet permettant de mesure la dynamique des gestes, un écran tactile ou encore un stylo numérique ou une tablette. Les produits ne manquent pas, Sress IT OiD pourra à terme être disponible avec un ensemble de procédures et d'algorithmes adaptés à chaque cas.

Le logiciel comportera trois fonctions principales : celle de l'acquisition de l'état, celle de surveillance de l'évolution et celle d'enregistrement et d'historisation des données pour le compte des utilisateurs.

L'acquisition comportera la procédure de déclaration de l'état de départ : il sera la combinaison d'un dialogue avec l'utilisateur, à base de questionnaires, de tests et de jeux, permettant de se définir par rapport aux résultats de cette phase, mais aussi par rapport à un ressenti.

Dans son usage courant, Sress IT OiD fonctionnera en trois temps : une phase d’auto-évaluation, une phase auto-appréciation et enfin une phase de vigilance ou d'alerte.

L'auto-évaluation est une séquence de dialogue pendant laquelle l'utilisateur va répondre à un certain nombre de question, être observé et annoter lui-même les résultats.

La phase d'auto-appréciation fera rentrer en ligne de compte l'analyse comportementale de l'utilisateur lors de la séquence de dialogue : Sress IT OiD n'est pas là pour juger mais pour informer des évolutions entre les différentes séquences de dialogue. C'est à l'utilisateur qu'il revient le plein droit d'utiliser ou non les résultats fournis et les éventuelles alertes sur différences d'état.

Calculs et analyse 2